3 initiatives parisiennes pour la mobilité

La refonte du paysage du transport urbain parisien est bien entamée, avec en somme la « réactualisation » de différentes voies longtemps la chasse gardée des voitures et autres véhicules polluants. Cette métamorphose voulue bénéfique pour la Ville lumière et sa population n’a pas été et n’est pas sans être confrontée à des oppositions de parts et autres une bonne partie des usagers même. Mais contre vents et marées, elle se tient.

Les  grandes lignes du changement

Susciter à tous l’envie d’opter pour des modes de déplacement non facteurs de pollution et d’engorgement, c’est à la base l’objectif de la Ville de Paris dans le réaménagement actuellement en cours des voies publiques. Au grand dam des automobilistes, bien entendu, les initiatives des autorités parisiennes sont axées sur 3 grandes stratégies.

Priorisation des transports collectifs

Les rues de Paris ont longtemps été congestionnées du fait du trop grand nombre de déplacements faits à bord d’un véhicule individuel, avec une seule personne à l’intérieur. Limiter voire éliminer ce mode a donc été la première finalité des initiatives de la Ville. Pour ce faire, non sans penser à maintenir la place de la Capitale en tant que modèle mondial en matière de desserte (intra et extra muros), les autorités ont engagé 1 milliard d’euros pour améliorer les transports en commun, par exemple en créant une extension du trajet du RER E et de certaines lignes de métro (14 et 11 en l’occurrence), mise en place de couloirs de bus, etc.

Piétonnisation et démocratisation du déplacement à vélo

Il existe tout un plan appelé « Paris Piétons » qui vise à donner lieu au développement du premier mode de déplacement actif : la marche. En dehors du réaménagement de certains sites publics et de l’amélioration des voies piétonnes, certains projets un peu plus « drastiques » seront mis en œuvre : journées sans voiture, rues aux enfants et bien d’autres moments durant lesquels les voitures seront probablement interdites de circulation dans certains sites… Toujours dans ce cadre de la promotion des modes actifs, la ville de Paris a engagé 150 millions d’euros pour rehausser le potentiel de la capitale en matière de transport par vélo. Entre autres, de larges voies cyclables constituant un Réseau Express vélo sont en vue.

Développement de la mobilité partagée

Il s’agit pour les autorités parisiennes d’attraper un phénomène en marche : les modes de transports collaboratifs. Dans la même démarche que pour le développement du transport en commun, la mobilité partagée est aussi considérée comme une issue pour désengorger Paris. La Ville entend ainsi développer plus qu’ils ne le sont déjà les services de transport en libre-service.

L’état de l’offre face aux initiatives parisiennes pour la mobilité

Les infrastructures étant plus ou moins déjà en place, il reste à fournir aux citadins les équipements pour développer cette culture du transport multimodal. Il semble que, de ce côté-là, les entreprises françaises ne sont pas moins dynamiques : Vélib, Autolib, de même que des sociétés françaises de fabrication de véhicules individuels (monoroues, VAE, etc) et qui entendent bien fournir Paris, comme MFC qui planifie de produire annuellement jusqu’à 450 000 vélos électriques à partir de 2020.

Votre note: aucune
Note: 0 - 0 notes
PARTAGER

LAISSER UN AVIS

Veuillez laisser votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici