Fabriquer son vélo électrique

fabriquer-velo-electrique
Le vélo électrique fait partie du quotidien de plus en plus de français. Que ce soit pour un usage en ville ou en  périphérie, hommes et femmes sont particulièrement intéressés par cette innovation pour les raisons suivantes :

  • Votre vélo a une valeur sentimentale
  • Budget insuffisant
  • Pointilleux sur les performance électriques souhaitées

Sachant que le fait de transformer un vélo classique en vélo électrique ne doit absolument pas se faire à tort et à travers. La transformation de votre vélo changera vos habitudes et mettra effectivement en jeu votre sécurité. Sachant que le moteur électrique alourdira votre engin de 8 kilos, avec une batterie lithium de près de 3 kilos et un moteur électrique de près de 5 kilos. Vous roulerez aussi plus vite comparé à un cycliste ordinaire qui roule entre 12 et 15 km/h sur un vélo classique.

Transformer son VAE soi-même est relativement simple pour une personne qui possède des notions de base sur la mécanique. Il existe toutefois des risques qu’il ne faut pas négliger, c’est pour cela qu’il est important de s’assurer que le vélo est parfaitement apte à supporter les modifications relatives au VAE avant de procéder.

Voici les éléments à considérer si souhaitez transformer votre vélo  en VAE :

Installer un dispositif électrique sur un vieux vélo doté de freins approximatifs est assez dangereux, puisque le vélo risque de ne pas freiner à temps. Avant de procéder à la conversion de son vélo en VAE, il est indispensable de s’assurer que s’il roule à 25 km/h, le système de freinage peut assurer son rôle.

Une fois le dispositif électrique installé, le vélo traditionnel sera beaucoup plus lourd et plus rapide. Un vieux cadre en aluminium ou un cadre en acier rouillé peuvent présenter des fêlures et succomber sous le poids et la puissance du moteur électrique en cas d’obstacles sur la route.

L’autre risque encouru lors de la fabrication soi-même de son VAE est de laisser les différents câbles sans protection, ce qui les expose aux différentes intempéries. Au fil du temps, cela peut entraîner un dysfonctionnement du dispositif.

Transformé, votre vélo doit respecter certaines normes, notamment européennes. Voici un rappel des limites à ne pas franchir :

  • Le moteur de votre vélo n’est censé fournir qu’une assistance électrique et se déclenche au pédalage. Il faudra donc pédaler pour faire avancer le vélo. Mais l’existence d’un dispositif automatique permet toutefois de lancer l’engin jusqu’à 6 km/h, grâce notamment à l’action d’un contacteur.
  • Avec l’assistance électrique, vous ne pourrez surpasser les 25 km/h. Il faudra compter sur la force de vos mollets.
  • Le moteur de votre vélo doit être doté d’une puissance maximale de 250 watts, du moins si vous souhaitez circuler régulièrement en ville.

Si voue ne respecter pas une seule de ces conditions, vous serez considérés comme roulant avec un cyclomoteur.

Sur le marché vous retrouverez de nombreux kits d’assistance pour équiper vos vélos. Vous pourrez en acheter et les bricoler vous-même chez vous. Ces kits comprennent déjà une batterie, un moteur ainsi que des capteurs.

Les différentes méthodes pour transformer son vélo

Vous pouvez trouver sur le marché, des petits moteurs qui se mettent sur la roue et qui l’entraîne.

Le moteur à placer sur le moyeu avant est le plus facile à installer. C’est pour cela qu’il est souvent utilisé dans les kits de conversion. Avec ce type de moteur, la roue avant peut glisser sur de l’asphalte mouillé ou en montée. Le moteur pour moyeu avant convient pour une utilisation sur un parcours simple, et généralement plat.

Dans ce cas, vous remplacer une des 2 roues d’origine par une roue électrique. Vous aurez une sensation de propulsion ou e traction selon la roue que vous électrifiez.

Le moteur à placer >sur le moyeu arrière est assez difficile à installer que le modèle précédent, car il peut avoir une interférence avec le dérailleur arrière. Ce type de moteur est particulièrement utilisé à une utilisation urbaine et en trekking, c’est pourquoi les fabricants l’utilisent de plus en plus pour équiper leurs vélos, même ceux qui sont haut de gamme. Si vous choisissez un moteur se positionnant sur le moyeu, vérifier la solidité de vos jantes.

C’est la solution que nous recommandons. Elle est performante et très bien intégrée. Les moteurs à pédalier sont les plus chers du marché, car ils sont les plus performants. Il n’est pas nécessaire de les enlever pour assembler et démonter les pneus en cas de réparation. Ils sont également mieux protégés des intempéries et des chocs.

Il existe une différence de performance entre les moteurs dans la roue et le moteur central. Le moteur au moyeu se montre moins efficace au démarrage et sur une pente raide. Sur ce modèle, la vitesse de rotation du moteur est corollaire de la rotation du pneu. Lorsque la roue tourne lentement, le moteur est obligé de fournir une puissance maximale alors que le vélo garde une faible allure. L’énergie de la batterie est donc inutilement dépensée. Sur un modèle placé sur l’axe du pédalier, il est pourtant possible de garder en tout temps une vitesse de rotation optimale, tout en diminuant la consommation d’énergie.

Quoiqu’il en soit, si vous décidez de placer votre moteur dans une roue, il vous faudra changer la roue de votre vélo par une roue électrique de même taille. La manipulation est très simple.

Voici les composants qu’on retrouve généralement dans un kit de conversion :

  • Les prises Anderson : Noire et rouge (+ et -), elles sont à se connecter avec la batterie.
  • Les prises jaune, verte et bleue alimentent, quant à elles, le moteur électrique.
  • Les petites prises jaune et rayée verte actionnent la régénération la batterie au moment du freinage.
  • , est une prise composée de 5 couleurs différentes. Il est destiné à connecter le capteur à effet hall.
  • Une prise lcd du contrôleur est à connecter avec le LCD, l’ordinateur de bord qui permet d’allumer ou d’arrêter le moteur, d’évaluer la vitesse ainsi que la distance parcourue. Le LCD donne également des indications sur le niveau de charge de la batterie et celui de la puissance de l’assistance.
  • La partie P.A.S ou capteur de pédalage mesure la justesse des accélérations, permettant ainsi d’avoir une accélération linéaire.
  • Le contrôleur est équipé de deux prises différentes qui permettent d’utiliser deux sortes d’accélérateurs.
  • Deux prises (noire et blanche) permettent de brider le kit à 60 %.

Tutoriel de fabrication de son VAE

Les kits de conversion de VAE disponibles sur le marché permettent de fabriquer soi-même son vélo à assistance électrique. La procédure à suivre est assez simple.

La mise en place du moteur

Le montage du moteur varie en fonction du type de moteur à installer. S’il s’agit d’un moteur à moyeu, il peut se placer soit sur la roue avant, soit sur la roue arrière du vélo.

Le moteur pédalier, lui, remplace le boitier pédalier. Si la ligne de la chaîne est compatible, le montage est relativement simple, sinon, il faudra songer à la changer pour un modèle plus robuste.

L’installation de la batterie

La batterie du VAE peut se placer sur le tube diagonal du cadre trapèze, à l’aide de deux colliers ou des inserts du porte-bidon.

Dans le cas d’un cadre mixte, il est possible de placer la batterie dans une sacoche spécialement conçue à cet effet. La sacoche peut se placer à l’avant, à l’arrière ou dans un compartiment spécifique qui remplace le porte-bagage qui existe déjà sur le vélo.

L’installation du contrôleur

Le contrôleur est le centre névralgique du système du VAE. Il est possible de le placer soit dans une sacoche de selle, soit, dans un boitier plastique à fixer sur le cadre du vélo.

Attention, cette technique n’est pas aussi sécurisée qu’un moteur ou un kit spécialement conçu. Le comportement du vélo peut, parfois, surprendre et l’accélération peut être assez vive.

Consulter un site spécialisé dans la transformation de votre vélo

Le meilleur conseil que nous puissions vous donner est d’approcher un spécialiste local avant de vous lancer dans la transformation de votre vélo. En lui montrant quel type vous possédez, il saura vous guider sur les différents paramètres à prendre en compte. Sur Internet, il existe divers sites qui se spécialisent dans la transformation à la carte des vélos en VAE. Il est en effet possible :

  • D’acheter soi-même les différentes composantes qui puissent vous permettre de réaliser vous-même votre vélo à assistance électrique ;
  • D’acheter un kit complet que vous monterez une fois chez vous ;
  • De faire appel à un spécialiste pour qu’il monte le kit que vous aurez spécialement choisi.

Nous avons interrogé dans le passé 2 experts dans ce domaine.

  1. Voir l’article sur Avectonvelo
  2. Voir l’article sur Cycloboost
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Impossible de recevoir des informations à propos de ce blog en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pub Adsense