L’Orbea Gain, un vélo électrique qui cache bien son jeu

Orbea est de ceux qui mettent en avant de nouvelles solutions donnant des véhicules « de compromis » et polyvalents. Récemment mise en vente, sa gamme Gain représente cependant une tendance des constructeurs qui n’est souvent pas du goût des organisateurs de compétitions.

Qu’est-ce qui démarque la gamme Gain d’Orbea ?

Différemment des VAE ordinaires, les modèles Gain et Gain-All-Road se distinguent par la quasi-absence du moindre signe d’un système d’assistance électrique qui les compose. Le moteur se situe dans le moyeu arrière et ne confère à celui-ci qu’une grosseur tout juste un peu plus apparente que chez la plupart des vélos électriques. Ensuite, seule la lecture du descriptif du produit pourra faire connaitre l’existence d’une batterie incrustée dans le tube diagonal du vélo. L’absence de câblage superflu est aussi distinctive de la gamme Gain. On obtient en tout un VAE épuré. La gamme Gain se compose de 3 modèles :

  • Le Gain D10
  • Le gain D3à
  • Le Gain D40

Les autres spécificités des vélos électriques Gain

Le profil générique d’un vélo électrique Gain n’est pas moins contrasté, sachant qu’il s’agit d’une forme de vélo hybride, entre la race « gravel » et quelconque vélo de route. Les vélos Gain sont caractérisés d’emblée par des guidons de style course, un cadre avec un dégagement des pneus plus important pour mieux gérer les pentes, des freins à disques avant et arrière… Mais ils disposent d’un cadre à ouverture droite qui n’est pas très commun des gravels. Par ailleurs, pour déclencher ou arrêter l’assistance, il suffit d’appuyer sur un bouton au niveau du tube supérieur. Ce même dispositif de contrôle indique quelques données essentielles : niveau de charge, niveau assistance… En dehors de tout cela, en apparence, c’est on ne peut plus un vélo électrique de route, doté de systèmes de vitesse Shimano, un capteur de pédalage efficace pour régler l’assistance avec haute précision, etc.

orbea bike

Que vise Orbea avec sa gamme Gain ?

Frisant la fraude technologique pour certains, sachant que ce concept a déjà fait des émules chez des coureurs professionnels qui ont triché en utilisant des VAE lors de compétitions (en 2016 notamment), il ne s’agit pas moins d’un point d’appréciation pour un bon nombre de cyclistes. En effet, le système d’assistance électrique escamoté a permis de donner un vélo plus léger, plus maniable et non encombrant. La création de la gamme Gain répond surtout à un besoin de plus en plus partagé pour un cyclisme multi-usage, autant pour arpenter les rues de la ville que gravir les montagnes, tout en gérant des chemins gravillonnés, etc.

Comme le dixit si bien la marque : « Le Gain a été conçu pour améliorer votre course, non pour la dominer ». Il s’agit donc de modèles de VAE pourvus de l’essentiel en matière d’assistance. Pour ceux qui recherchent donc de la puissance de pointe, on ne se tourne pas forcément vers un Gain. Mais on peut obtenir plus avec l’usage possible d’une batterie de secours. Par contre, les personnes qui souhaitent de l’assistance bien modulée et aux bons moments, les cyclistes qui ne répugnent pas à l’idée de fournir de l’effort au pédalage… les caractéristiques des vélos Gain leur seront satisfaisantes.

Votre note: aucune
Note: 0 - 0 notes
PARTAGER

LAISSER UN AVIS

Veuillez laisser votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici