Un planche de wakeboard, un drone : le drone surfing est né

En septembre 2016, une entreprise américaine du nom de FreeFly Systems a diffusé sur Youtube la vidéo d’un surfer se faisant tirer par un octocopter de sa conception. Coup de publicité de la part de l’un des fabricants de drones les plus connus d’Amérique ou tentative de mettre en vogue une nouvelle activité aquatique ? En tout cas, on lui a déjà trouvé un nom qui sonne déjà assez bien : le drone surfing.

Drone surfing : en quoi ça consiste ?

Comme dit supra, il s’agit de voguer sur les vagues à bord d’une planche de surf, en se laissant tracter par un drone. Contrairement au kitesurf où le surfer doit compter sur les mouvements du vent, le drone surfing compte plutôt sur la maniabilité et la puissance du drone. Le concept est tantôt motivant pour ceux qui se lassent de la difficulté de maîtriser un kitesurf, ou ceux qui veulent tenter du wakeboard avec plus de liberté. Mais il est tantôt considéré par beaucoup comme un projet qui le restera à jamais.

Surfer avec un drone : c’est vraiment possible ?

Bien qu’il existe des drones ultra puissants (dans l’armée) qui ont la capacité de défier le vent ou la vedette, un bon nombre de technologues considère le cas comme une supercherie. Pour le précurseur de ce nouveau sport encore en phase de « prototypage », le matériel était composé d’un Alto 8, un octocopter spécialement dédié aux prises de vues professionnelles. Le système de pilotage est particulièrement de haute volée. Mais d’autres caractéristiques fondamentales de l’équipement induisent au doute quant à l’authenticité de la vidéo.

drone surfing

Effectivement, même s’il s’agit d’un drone multirotor et qu’il soit composé d’éléments le rendant capable d’endurer les conditions les plus difficiles, dont celles du milieu marin notamment, Alto 8 ne dispose que d’une capacité de charge maximale d’environ 9 kg, rendant ainsi presque impossible de tracter un surfer qui va peser 10 fois plus. De même, en délivrant une puissance maximale, l’autonomie de ce drone à 8 rotors sera réduite. S’il peut quand même tracter un surfer, Alto 8 ne pourra donner la même sensation qu’avec du kitesurf ou du wakeboard.

Drone surfing : de l’utopie à la réalité

À noter que quelques mois après la vidéo de FreeFly, un adepte du surf des neiges dénommé Casey Neistat a aussi tenté le coup du drone. Cette fois, il a utilisé un quadcopter disposant de 16 rotors auquel, avec l’aide de techniciens, il a apporté quelques améliorations. Le snowboarder a pu dévaler des pentes enneigées de plusieurs kilomètres. On peut donc dire que, techniquement, le drone surfing est bien possible, sachant qu’avec un tel appareil, on a plus de contrôle sur la vitesse, la direction, etc. Pour l’heure, une année après ces exploits, le drone surfing reste au stade des essais, en attendant un appareil robuste et surpuissant proposé à un prix accessible. Il se peut, par ailleurs, qu’en donnant un nom à cette nouvelle activité hybride, l’on puisse espérer sa réalisation prochaine.

Votre note: aucune
Note: 0 - 0 notes
PARTAGER

LAISSER UN AVIS

Veuillez laisser votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici