Des trottinettes électriques interdites à Barcelone

Ce n’est plus un sujet à discussion : les NVEI sont l’alternative aux transports urbains utilisant l’énergie fossile. Encore faut-il que tout le monde les accepte comme telle et qu’une réglementation bien équilibrée puisse permettre de les utiliser en toute liberté. L’interdiction par la maire de Barcelone à l’encontre des conducteurs de trottinettes électriques soulève justement certaines questions sur la légitimité dans l’usage des véhicules électriques.

Pourquoi interdire les trottinettes électriques en ville ?

La nouvelle a évidemment provoqué des tollés de part et d’autre les passionnés de la mobilité douce d’Espagne et de toute l’Europe. C’est vrai qu’en lisant les caractéristiques des e-trottinettes et en connaissant uniquement leurs vertus en matière écologique et d’économie énergétique, on ne peut que s’insurger contre ce décret municipal qui interdit les NVEI (trottinettes, gyropodes, vélos électriques…) dans sur les trottoirs du centre-ville barcelonais.

Les motifs d’une telle mesure ne sont pas moins de taille : l’anarchie des touristes dans une ville bondée de monde. Il est vrai que les visiteurs de la ville catalane sont une multitude à privilégier ces moyens de transport. Mais il a été constaté un désordre exaspérant pour les autorités et pour la plupart des habitants de la ville, lesquels sont déjà très remontés contre le tourisme de masse, considéré plus comme un phénomène qui « sévit » qu’un vrai atout économique.

La réglementation barcelonaise pour les NVEI

C’est une interdiction de rouler sur les trottoirs. Par contre, connaissant la grande utilité des NVEI pour la circulation et l’environnement, la mairie a parallèlement émis quelques organisations. Notamment, les véhicules électriques individuels peuvent bien rouler en ville en respectant quelques règles. Les trottinettes électriques et les monoroues qui atteignent une vitesse maximale de 20km/h et pesant moins de 20 kg pourront par exemple rouler sur les pistes cyclables, dans les parcs, ou dans les rues à sens unique. De même, les véhicules de moins plus de 20 à 50 kg, pouvant atteindre une vitesse de pointe de 30km/h peuvent, eux, emprunter les grandes routes. Et spécialement à l’endroit des touristes, les autorités ont mis en place des itinéraires spéciaux pour les déplacements par groupe de 6 personnes… Pour les contrevenants, la sanction n’est pas moins lourde : jusqu’à 500 euros d’amendes !

Quelle mesure pour les villes françaises ?

À contexte assez similaire, l’on n’est pas encore arrivé à une telle prise de mesure dans les grandes et petites villes hexagonales. Mais à Paris par exemple,  on commence à réclamer de toute part des lois délimitant le droit à la circulation des trottinettes électriques. Mais pour l’heure, quand les trottinettes électriques et autres font moins de 6km/h, elles ont encore le droit de rouler sur les trottoirs. Les réglementations des pratiques des NVEI sont quelquefois empruntées aux règles communes. Mais la plupart du temps, l’on attend tout simplement un certain bon sens de la part des utilisateurs : rouler à la vitesse de marche, respect des feux de signalisation et des passages piétons, etc. À noter par ailleurs qu’il n’y a rien de bien méchant en ce qui concerne les sanctions infligées aux contrevenants : quelques euros d’amendes.

Votre note: aucune
Note: 0 - 0 notes
PARTAGER

LAISSER UN AVIS

Veuillez laisser votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici